Vivez dans l'univers du manga de Naruto. Incarnez un Ninja ou une Kunoichi et rejoignez un des villages cachés. Devenez une légende, prenez par à la Révolution...
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 ~ Myako Anata ~

Aller en bas 
AuteurMessage
Myako Anata

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: ~ Myako Anata ~   Lun 25 Fév - 1:54

Nom : Anata


Prénom : Myako


Surnom : Mya’


Age : 24 ans


Grade : Juunin


Description physique : La jeune fille possède une silhouette aérienne aussi élancée que svelte, reflétant une délicatesse et une agilité irréfutable, qu’elle entretient avec assiduité… et qui attire aisément le regard…
Fine et menue, parfaitement proportionnée, cela ne l’empêchent pourtant pas d’arborer, sous ses tenues souvent exotiques, aux décoltés suggestifs, des formes plus que généreuses …

De taille moyenne, idéale dirais-je, elle détient des courbes gracieuses et délectables pour les yeux de ces messieurs…
Son corps est, je vous le dis sans détour, extrêmement désirable et très peu peuvent se vanter de rester indifférent face à elle…

Ses mouvements pour leurs part sont légers, fluides, dirais-je même.
Ils sont, en soit, d’une rare souplesse et totalement dénués de maladresse ou de timidité…
Son maintien est naturellement digne, élégant, presque altier, et ses déplacement ont une sorte de félinité qui donne aussitôt une impression d’assurance que rien ne vient démentir…

L’on peut affirmer sans se tromper que ses entraînements en matière de combats ont joliment sculpté son corps sans pour autant lui faire perdre de sa féminité… Une féminité suffocante qui transpire par chaque pore de sa peau douce et laiteuse…

Myako est donc une jeune femme tout ce qu’il y a de plus jolie… mais cela semble n’être qu’un grossier euphémisme en vue des regards et des sifflements appréciateurs qu’elle reçoit régulièrement… elle qui ne cherche pourtant pas consciemment à ce rendre aussi désirable et, soyons honnête, aussi sexy qu’elle ne l’est véritablement…
Certes ses tenues ne lui servent pas à se barricader dans un surplus de tissus inutile, mais elle ne dévoile que ce qu’elle juge « politiquement »correct… peu désireuse de se cacher, pertinemment consciente que c’est ce même corps, dont elle se sert avec plus d’habileté encore que de n’importe quelle autre arme, car elle le voit bel et bien comme une arme, qui l’a parfois sauvé au cours de ses missions d’infiltrations.

Passons à présent à son visage doux et angélique, à l’ovale harmonieux…
Ses traits sont fins, délicats et respirent la féminité et la douceur… ce qui contraste mystérieusement avec la profondeur et la détermination de ses regards pouvant se montrer doux et plein de compassion autant qu’hautain, orgueilleux et sans pitié…

En parlant de son regard, évoquons ces deux magnifique yeux bruns, tellement profonds que l’on croit souvent pouvoir si perdre tant ils sont envoutants, dont l’éclat insoutenable fait d’autant plus ressortir la clarté de son teint, et qui reflètent également une espèce de sagesse, une intelligence vive ainsi qu’une détermination farouche et sans faille…

Ses magnifiques prunelles en amandes possèdent une lueur mystérieuse et indéfinissable… presque féline, sauvage et indomptable…
Elles sont, en outre, surmontées de longs cils joliment recourbés et la façon dont sont dessinés ses sourcils fins accentue encore cet effet pénétrant… hypnotique…

Son regard bouleversant et quelque peu rêveur si elle n’y prend pas garde reste cependant plein de courage, de fougue et de résolution …
Cependant, si un sentiment trop intense et inattendu la submerge, il devient d’une simplicité enfantine de lire en lui son ressentit.

Ses longs cheveux fins et soyeux, d’un brun sombre, glissent sur ses épaules, continuent leur course jusqu’à son bassin et l’achèvent légèrement au dessus des fesses…
Elle les attache donc le plus souvent en une queue de cheval classique pour éviter qu’ils ne la gênent à l’aide d’un petit ruban blanc…
Des mèches rebelles viennent cependant encadrer son charmant minois, mettant à leurs avantages ses traits d’une rare douceur… tandis qu’une frange coupé inégalement vint merveilleusement bien lui barrer le front…

Son nez petit, bien droit et tout à fait charmant, ses lèvres minces et merveilleusement tracées qui possèdent, quant à elles, une jolie couleur vermeille, sur lesquelles on peut souvent voir sa petite langue rosée les humecter dans un mouvement lié à la nervosité ou symbole d’une réflexion intense… et qui s’étirent en un sourire contagieux, réconfortant et chaleureux qui met tout de suite les autres en confiance…, ses prunelles incroyablement captivantes dont on a bien souvent du mal à se détacher lorsqu’elles prennent une teinte de sérieux et d’intensité… et la fraîcheur de sa physionomie, font d’elle un être que l’on prend beaucoup de plaisir à regarder.

Oui, à proprement parler, Myako est une très belle femme et son aura imposante, envoutante dirais-je, n’y est pas étrangère…
Tout en elle exprime une certaine expérience… de la vie… des hommes…
Il émane de cette kunoichi de talent, une sorte d’insolence et de volonté sans faille teintée de rêverie et de vulnérabilité… mêlée à un charisme indicible et à une sensualité étouffante qui se ressent sans problème à chacun de ses gestes…

Son charme incontestable, cette volupté innée, ses iris bouleversant mais plein de volonté et d’opiniâtreté, ses expression exhibant parfois une profonde gentillesse et une vulnérabilité hésitante… Tout un paradoxe…

En bref, une allure contradictoire néanmoins des plus plaisantes, à la fois vulnérable et à la fois secrète dont il est facile de s’intriguer…
Pourtant, ses expressions indiquent très clairement qu’il vaut mieux ne pas trop se risquer à l’approcher… car la flamme qui l’anime peut-être extrêmement dangereuse pour l’importun…

On sent facilement d’ailleurs qu’il s’agit d’une personne qui sait où elle va et comment elle compte y aller…

Elle détient toutefois une sorte d’aura envahissante, étouffante que l’on ne saurait décrire avec exactitude mais qui impose un certain respect, une certaine crainte teintée de curiosité ou qui de par sa puissance pousse les autres à la fuir, mais d’où émane néanmoins une fragilité péniblement dissimulée, auxquelles s’oppose une volonté de fer, un ardent désir de faire ses preuves, auquel s’ajoute, pour ceux qui savent regarder, une touche de mélancolie, d’incompréhension, de tristesse et de regret…

Irrésistible par bien des aspects, elle est exceptionnellement attrayante pour la gente masculine et son aspect un peu sauvage, insaisissable, changeant comme le vent y contribue largement…
En résumé sa physionomie est un subtil mélange entre une beauté frêle et discrète et une beauté plus… piquante… plus… fatale…

Elle revêt des tenues aux couleurs chaudes et aux proportions réduites… Plus courtes les une que les autres… certes… mais qui ont l’atout non négligeable de la mettre en valeur et à son avantage.
Comme si elle avait besoin de ça…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myako Anata

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: ~ Myako Anata ~   Lun 25 Fév - 1:55

Description mentale : Le moins que l’on puisse dire c’est que Myako est une femme de… caractère justement…
Assez fière, elle n’est pas du genre à se laisser marcher sur les pieds où à se laisser mener par le bout du nez.
Elle est plutôt du genre affirmée…

Franche et direct, elle n’hésite jamais à dire ce qu’elle pense.
Elle n’est en revanche pas du genre à cracher aux visages tout un tas de reproches sans fondement mais il est vrai qu’à ses yeux, les critiques, positives ou négatives, sont essentielles pour avancer et se remettre en question aussi ne se prive-t-elle pas d’en faire…
J’avoue qu’elle n’a pas sa langue dans sa poche et ne craint pas de se faire maudire ou détester…
Il faut dire que l’avis d’autrui ne l’intéresse qu’à moitié…

D’ailleurs cela se ressent dans ses choix et ses actes…
Quand elle a décidé de quelque chose, le monde entier pourrait se dresser contre elle et lui énumérer les raisons pour lesquelles il ne faut pas le faire, qu’elle ne changerait pas d’avis…
Bien sûr elle écoute ce qu’on a à lui dire mais elle préfère se fier à son instinct, qu’elle a fort développé…

En effet, elle détient une espèce de sixième sens qui lui a bien servi jusqu’ici…
Il lui permet déjà de déterminer en un clin d’œil si la personne lui veut du mal ou si ses intentions sont amicale…
Ajouté à cela une intelligence vive et conséquence et a une impressionnante capacité d’analyse et vous obtenez une Juunin de qualité ayant la particularité de prendre avec un sang froid stupéfiant des décisions rapides, efficaces et réfléchies…
Talents nécessaire de tout leader digne de ce nom en soit…

Débrouillarde, elle n’a besoin de personne ce qui ne l’empêche pas de rechercher ardemment la présence d’autrui, détestant la solitude, trop conscience de la douleur qu’elle provoque…
De plus l’ennui la guettant facilement, une compagnie permet de lutter partiellement contre lui…
Ce n’est pas une personne appréciant la monotonie, la tranquillité ou la routine, elle a besoin d’action… et ne tient pas vraiment en place…
Et pour cause, l’inactivité lui fait ressasser de bien douloureuses pensées…

Pour cela elle aime apprendre, découvrir et tester de nouvelle chose, elle prend plaisir dans les situations périlleuses, lorsque sa seule vie est mise en danger, entendons-nous bien…
La jeune femme a justement l’habitude de toujours retomber sur ses pieds et de se sortir des situations les plus délicates.
Oratrice hors pairs et manipulatrice à ses heures, si cela ne suffit pas, ses poing restes toujours utiles…

Experte en art martiaux, ne croyez cependant pas qu’elle se montre violente pour le plaisir, bien au contraire, c’est une femme douce, attentionnée et généreuse qui aime venir en aide à son entourage même si elle tente de taire e trait de personnalité, qu’elle considère en un sens comme une faiblesse trop exploitable.

Sociale, elle s’adapte facilement à son environnement ou aux gens, sachant se fondre dans n’importe quel milieu aidé par sa culture étendue et diversifiée… et par sa capacité remarquable à jouer la comédie n’y est pas étrangère non plus…
Elle sait devenir une autre en un rien de temps…
D’ailleurs elle-même est plutôt lunatique… passant aisément de la froide colère à une passion dévorante… de la rancœur à l’amusement…
Il faut savoir qu’elle joue des mots, et des regards aussi facilement qu’elle ne se sert de son corps pour exprimer l’indicible…
Un atout obligatoire dans le métier…

Elle n’est pourtant pas du genre à aller vers les autre sans réfléchir et se plaît à les observer un temps, cherchant à les cerner avant tout de chose afin justement de s’adapter à leur personnalité.

Loin d’être impulsive, elle serait plutôt de ceux presque trop sages qui cherchent à connaître toutes les donnes d’une situation avant d’entreprendre quelque chose…
Néanmoins l’adrénaline des événements extrêmes lui permettent de laissé une plus grande place à ses pulsions et ses convictions premières…
Il faut dire que la voie de ninja exige une minimum d’anticipations et d’imaginations quant à la suite des combats par exemple, aussi méditer trop longtemps n’est pas toujours conseillé…

Autoritaire, elle aime que les choses soient faites comme elle le dit, considérant que l’insubordination et la désobéissance sont deux choses totalement inacceptables… car si elle fixe des règles, ce n’est pas pour s’amuser mais pour assurer la sécurité de ceux qui sont censé les suivre…
Exigeante, intransgieante envers elle autant qu’avec les autres, elle peut tolérer la faiblesse naturelle mais n’accepte aucunement la fainéantise…
Elle pousse toujours les autres à aller au bout de leur capacités, pour n’avoir rien à regretter… à faire de leur mieux… estimant que dans le fond c’est là l’essentiel et que le reste n’a pas tellement d’importance…
Une philosophie que beaucoup désapprouvent pensant succès de la mission avant toute chose…
Cependant, sachez qu’elle n’aime pas perdre… et possède un acharnement presque effrayant…

Elle cherche prioritairement à montrer à ses trois élèves qu’elle leur fait confiance et que ce sont des ninjas à part entière avant d’être ses élèves. C’est pourquoi elle prend toujours la peine et le temps d’écouter leur avis…
Tout cela également dans le but de les responsabiliser, consciente qu’elle ne pourra malheureusement pas être toujours là pour eux…

Protectrice, maternelle même, elle attache beaucoup d’importance au bien être des autres… notamment celui de ses élèves et plus particulièrement de son petit frère pour qu’il elle éprouve un dévouement et un amour sans borne…
A l’écoute des autres, toujours un mot gentil ou d’encouragement aux lèvres, elle pousse les autres à ne jamais abandonner et à se dépasser…

Elle risquerait sa vie, mieux elle la donnerait pour sauver l’un des membres du trio dont elle a la charge, consciente que lors de chaque mission, ils remettent leurs existences entre ses mains…
Pour cela, elle ne peut se permettre la moindre erreur…
Il faut bien reconnaître qu’elle détient un grand sens des responsabilités…

Méfiante, craintive, elle a cependant apprit qu’il valait toujours mieux se débrouiller seule sans compter sur autrui, sous peine d’être déçue et blessée… et c’est pour cela qu’elle ne demande jamais d’aide à personne, refusant en outre des les impliquer dans ses problèmes…
A vrai dire, elle aurait tendance à vouloir porter tous les maux de la terre sur ses seules épaules pour en épargner les autres…

Peu loquace, elle ne parle pas pour ne rien dire, à l’inverse de son cadet…
Le sujet de conversation qu’elle évite par-dessus tout n’est autre qu’elle-même, n’aimant guère se mettre au devant de la scène…
Elle n’est pas non plus du genre à faire de l’humour, le sien étant plutôt piquant et pouvant presque être qualifié de moqueries…

Ce qui ne veut pas dire qu’elle n’apprécie pas de rire de temps en temps… au contraire elle aime à ce que l’atmosphère soit détendue…
Mais pas trop tout de même !
Car ils sont ninja, pas comiques et que leur travail quoi qu’on en dise est risqué…
L’un de ses défauts serait peut-être son trop grand sérieux en fin de compte…

Courageuse, franche, elle affronte n’importe qui et ne fait pas grand cas des différences hiérarchiques… ce qui lui a valut quelques déboires…

Sauvage, frondeuse, indomptable, têtue et insaisissable… autant de qualificatif pour désigner notre petite rebelle…
Un tempérament de feu en quelque sorte !
D’ailleurs, elle part souvent au quart de tour…

Mais malgré toute cette fougue, elle reste paradoxalement patiente, rigoureuse, calme et posée… ne fonçant pas à l’aveuglette… et agissant, le dirais-je, avec un certain calcul et un recul impressionnant…
Elle prodigue d’ailleurs des conseils sages et avisés !
Sa maturité certaine aidant pour beaucoup…

Elle apparaît toutefois comme un être fragile plein de doute et de regrets.
Toutefois sa vulnérabilité ne la pousse que très rarement aux larmes car elle préfère de loin arborer un sourire, même s’il est triste.
De plus, Myako n’est pas du genre à se plaindre, elle serait plutôt du genre à tout encaisser en silence mais méfiez-vous car si elle explose un jour ça risque de faire très mal et de laisser d’irréversibles dégâts.
Mieux vaut ne pas tenter le Diable et ne pas la piquer, la chercher en quelque sorte… car il y a de forte chance pour que vous ne vous en releviez pas de si tôt….

Notre senseï a également appris à faire preuve d’impassibilité, à ne pas montrer trop ouvertement les émotions qui l’habitent au risque d’en pâtir par la suite… et d’en faire pâtir les autres…

A la fois sensible mais courageuse, fragile mais forte, elle est quelqu’un d’étrangement paradoxal.
Elle reste cependant douce, gentille, généreuse et chaleureuse…
Toutefois son assurance n’est pas feinte.
Elle a, en effet, pleinement conscience de sa force…

Au fond, elle redoute de trop s’attacher aux autres… et n’a pas vraiment confiance en le sexe opposé…
Seul, Takeru pouvait d’ailleurs se vanter qu’elle l’a lui ait totalement accordé…

Elle n’a d’ailleurs jamais compris pourquoi auprès de lui son bonheur et sa plénitude n’était pas total… pourquoi il lui restait cette sorte de vide horriblement douloureux parfois…

Toutefois, je me dois de préciser que son état d’esprit est quelque peu chamboulé depuis le décès de celui qui aurait du devenir son mari…
Elle s’est refermé sur elle-même, et devenue plus froide, plus incisive et nettement moins patiente…
Elle est devenue plus désordonnée, confuse, troublée… perdue… à fleur de peau…
Sa souffrance en est presque devenue palpable… même si elle cherche à la cacher… et à préserver les autres... et particulièrement Sanshi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myako Anata

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: ~ Myako Anata ~   Lun 25 Fév - 1:56

Histoire : Je suis née à Konoha, dans le petit hôpital local…
Ma mère, Ren Anata, n’avait malheureusement pas eu la chance d’avoir son mari, Kinato, auprès d’elle en ce jour si particulier : la naissance de son aîné.
Mais cela ne lui sembla pas choquant… Le travail avant tout… Ninja avant d’être homme…
Takeru était un peu comme ça lui aussi…
Bref, elle du se contenter de ma tante, sa belle-soeur…
Mais ne nous étendons pas là-dessus… Ce fut un accouchement tout ce qu’il a de plus classique, à l’image du bébé qui fut mis au monde d’ailleurs…

Nous vivions dans une petite maison à l’extérieur du village…
Heureusement peu de kilomètres nous en séparait car autour de nous, il n’y avait pas foule… et les voisins se faisaient rare… voir inexistants…
Pour trouver de petits camarades de jeu ce n’était pas chose aisé, vous vous en doutez…

Je grandis paisiblement, croisant de temps en temps celui que j’appelais « papa », ce qui ne durerait pas, mais restant majoritairement avec ma mère, celui étant contraint de résider près de l’Hokage… et son épouse refusant obstinément de quitter le foyer dans lequel elle avait grandi, héritage de la grande famille de laquelle elle venait.
Elle ne voulait pas abandonner son passé… il ne voulait pas abandonner le sien…

Il faisait donc de multiples allé retour pour nous voir… au début…
Après… après les visites se firent plus espacés… et plus brèves, juste le temps de lui remettre sa pension en main propre…

Moi, j’étais plutôt collante et je ne quittais quasiment pas Ren.
J’étais toujours derrière elle, réclamant en permanence son attention...
Elle me trainait donc partout où elle allait…
Une vraie sangsue…

A vrai dire, j’étais très dépendante… très vulnérable… et absolument pas débrouillarde…
Timide, réservée et introvertie, j’avais peur de tout et de rien…
En d’autres termes, j’étais mentalement faible… s’en était désespérant…
Ce fut d’ailleurs une source de dispute fréquente entre mes parents, mon géniteur houspillant sa femme de trop me couver et de me rendre dépourvu de volonté…

Il n’avait pas totalement tort, je crois…
Mais comment lui en vouloir ?
Je réclamais à corps et à cri son amour et ses soins quand elle ne rêvait que d’en offrir à un homme qui la délaissait purement et simplement…
Elle le donnait donc à la seule personne qui l’acceptait totalement… au risque de m’étouffer et de me faire perdre toute autonomie.

Nous avions au moins un point commun : il manquait la même personne dans notre vide et nous essayons mutuellement de combler le vide qu’elle laissait inévitablement.
Oh moi, c’était parfaitement inconscient bien sûr… mais si cet inconnu ne me manquait pas, c’était l’absence ce qu’il aurait du représenter qui me perturbait…

Pour ma part, j’en étais venu à préférer qu’il ne soit pas là, au moins nous étions tranquilles et il ne faisait pas pleurer maman…

Lorsque j’eu sept ans, Kinato comme je l’appelait déjà, insista pour m’envoyer à l’académie. Il voulait que je devienne une représentante de mon village et que je sois digne d’être sa fille… et non pas une « fainéante » comme sa mère, avait-il dit…
Des larmes avaient coulé ce jour, de son côté comme du mien…

Vous savez… si j’allais là-bas, cela impliquait pour moi de déménager… de rejoindre mon père… et de me séparer un moment de ma mère, qui bien entendu ne me suivrait pas, son couple battant de l’aile et ses reproches ne l’incitant pas à aménager avec lui…
En fait, je n’avais pas mon mot à dire…

Aussi, peu après, le cœur lourd, le corps secoué de sanglot, cet étranger m’arracha au cocon maternel pour me jeter dans la vie de ninja…
Les premières semaines furent éprouvantes, bouleversantes même…
Je ne mangeais plus, cauchemardais… faisait même des crises de somnambulisme…
Mon père me raconta même un matin m’avoir rattrapé de justesse alors que je m’enfuyais en direction de l’endroit où j’avais grandis…

Finalement, même si la douleur d’être si loin de maman était omniprésente, je réalisais que mon père n’était pas un démon, comme je l’avais jugé… à tord.
Un homme malheureux, solitaire et renfermé mais qui n’était ni cruel, ni violent…
Un peu brusque et un peu bourru, je vous l’accorde mais bon…

Oh il n’était pas souvent avec moi mais tout de même, jamais il ne leva la main sur moi, jamais il ne me maltraita d’une quelconque façon…
Oh il me secouait régulièrement mais ce n’était pas vraiment méchant, il faisait ça pour mon bien, même si à l’époque je ne voyais pas les choses de cette manière…

Finalement, je n’étais pas si mal…
Un peu seule certes… mais j’avais commencé à me faire quelques amis à l’académie et j’adorais ça…
C’était nouveau pour moi et s’il me fallut un certain temps pour m’acclimater à ce mode de vie bien différent de celui qu’on m’avait toujours montré, il ne me déplaisait pas…

Et puis je retournais régulièrement voir ma génitrice pour lui raconter tout ce qui se passait…
Et… elle me regardait tendrement, m’écoutant avec un petit sourire triste…
J’étais… Je n’étais qu’une fillette je ne réalisais pas… je ne percevais pas toute sa souffrance…
Je m’amusais loin d’elle et, bêtement, je la pensais heureuse de son côté…
C’est toujours ainsi que l’on désir que les choses soient…

Toutefois, moi qui pétillais de gaieté en lui racontant toute mes petites aventures et mes progrès, je ne pouvais imaginer les larmes qui roulaient sur ses joues chaque fois que je m’en allais…
Elle devait croire… oui, sans doute se disait-elle qu’elle avait tout gâché… tout perdu
Celui qu’elle avait aimé autrefois, sa petite fille happée par la même passion qui faisait vibrer son époux…
Elle devait penser que dans tout ça je l’avais oublié…

Bien sûr, ce n’était pas vrai…
J’étais juste trop occupée, trop éblouis par mes rencontres et trop ravie de la reconnaissance nouvelle qu’inspirait mes capacités quand je n’avais jamais grandi que dans l’ombre des jupons de Ren…
Je n’étais pas faite pour la vie qu’elle avait voulu me donné…
J’avais besoin de voir du monde, d’échanger et de m’épanouir…d’éclore peut-être… et ça, malgré tout son amour et le mien, elle ne pouvait me l’offrir…
Peut-être l’a-t-elle compris à la fin…

Ce fut cinq jours après mon anniversaire, mes neuf ans, que j’avais du passé loin d’elle à mon grand regret, que j’appris la triste nouvelle…
Morte… elle était morte…
Suicidé… seule… dans sa chambre…
Aucun mot, aucune lettre… juste le silence et l’incompréhension…

Honnêtement, j’eu beaucoup de mal à me remettre de cette disparition…
Je me sentais coupable…
Dès lors, mes résultats à l’académie furent en chut libre, au moins autant que ma vie sociale…
Mon père avait beau me pousser il n’y avait rien à faire…
Moi, je le maudissais pour son impassibilité…
Ce décès ne lui faisait ni chaud ni froid… Pire, il refusa d’assister à son enterrement, prétextant une mission…

C’est la même année qu’il acheva de me dégouter, même s’il me fit paradoxalement le plus beau cadeau du monde.
J’étais prostrée devant la télé lorsque j’entendis un pleur…
Je levais la tête et j’aperçu dans les bras musclé de cet homme… un nourrisson…

Nourrisson qui, me l’apprit-il alors, était mon demi-frère.
Apparemment il entretenait depuis trois ans une liaison avec une autre femme… qui venait de perdre la vie au cours de la mise au monde…
Le petit resterait donc ici.

Je fus révoltée par cette nouvelle… Il avait trompé ma mère ! Quel personnage odieux !
Pendant qu’elle sombrer dans la dépression, lui fricotait avec une jeunette !
C’était… c’était écœurant !
Mais l’enfant n’y était pour rien évidemment…

Ma tante s’installa chez nous quelques mois, pour s’occuper de lui, tandis que son frère enchaînait les missions à une fréquence plus conséquente encore…
A croire qu’il souffrait…

Il s’appelait Sanshi…
Je me souviens mettre dit dans un premier temps, que c’était vraiment moche un nouveau né… tout rose, imberbe…
Et qu’est-ce que ça pouvait crier ! C’était infernal !

Néanmoins, même si je m’en plaignais constamment, ce petit être me fit un bien immense, me mettant sur le dos de nouvelles responsabilités que j’acceptais avec une certaine fierté…
J’avais connu la mort, je connaissais la vie… et j’avais la sensation de renaître, de sortir de l’ombre où m’avait plongé la perte de Ren.

Je me souviens avoir fait un rêve une fois…
Maman était là, assise près de moi… Et elle me caressait les cheveux comme elle le faisait s’y souvent…
Et je lui demandai pourquoi elle m’avait abandonné, pourquoi elle avait fait quelque chose comme ça…
Elle me demanda alors de ne pas lui en vouloir, d’essayer de comprendre…
Elle avait sentit qu’il était temps pour elle de partir et était arrivée au bout du chemin…
Je n’avais pas compris et elle m’avait alors prononcé une phrase qui me reste aujourd’hui encore…
C’est le cycle de la vie… Une chose s’éteint et une autre, plus belle encore, prend sa place…
Je l’avais interrogé.
Est-ce qu’elle parlait du fruit de la trahison de mon père ?…
Pour toute réponse son image avait souri puis s’était volatilisée en même temps que le réveil sonnait…

Une chose s’éteint et une autre, plus belle encore, prend sa place…
A partir de ce jour, j’avais considéré mon demi-frère comme cette « autre plus belle encore » et l’avais aimé de toutes mes forces…

Je protégerais ce petit comme s’il était une partie de moi… car enfin, nous partagions le même sang…
M’y attacher profondément ne fut pas bien compliqué, il avait suffit qu’il me regarde et agite sous mon nez ses petites mains potelet et rondelette en babillant deux ou trois mots incompréhensibles…

C’était mon frère… et il occupait la place la plus importante dans mon cœur…
En ce qui concernait mon éducation de Kunoichi, je n’y faisais plus vraiment attention mais cette neuvième année d’existence fut pour moi très chargé car je rencontrai celui qui deviendrait mon senseï… Satoshi…

Je ne sais pas comment il s’y ait pris mais il insuffla en moi une motivation nouvelle… et me disputa méchamment en apprenant que j’allais à l’école seulement quand j’en avais envie…
Il m’affirma que je gâchais mon talent et que je n’étais qu’une gamine stupide qui prétendait vouloir protéger son petit frère alors qu’elle n’était même pas capable de se défendre elle-même…
Il savait regonfler ses troupes lui au moins…

Ainsi, je me jetais promptement et ardemment dans mon apprentissage ninja, soutenu et encourager par cet homme aux conseils avisés.
Il insista même auprès du grand conseil pour que je sois placé dans son équipe lors de mon passage au rang de Genin.
Je n’ai pas énormément de souvenir de cette étape de ma vie car tout se passa tellement vite…

Je passais mes journées à l’académie, le soir je m’occupais du petit… la nuit aussi d’ailleurs…
A croire qu’il était d’une espèce nouvelle qui n’avait pas besoin de repos…
Et entre deux biberons je révisais mon examen…
Programme plutôt chargé qui ne ralentit pas malheureusement lorsque je pus définitivement oublié le titre d’aspirant ninja.

Les missions débiles s’enchaînèrent et je m’ennuyais ferme, prétendant que tout ça gâchait nos talents respectifs… enfin… les miens et ceux de Takeru principalement…
Oui… je devrais vous parler de mon équipe…

Le hasard voulu que je me retrouve avec Takeru, un jeune garçon talentueux mais plutôt timide et introverti que je m’amusais à taquiner, ma timidité à moi m’ayant quitté depuis un moment avec l’apparition de ma désinvolture.
Qu’on m’aime ou non quelle importance, il y aurait toujours des gens qui me détesterait et j’aurais toujours quelques rares personnes fidèles près de moi…
Ça me suffisait…
Mais visiblement il n’avait pas adopté cette philosophie là…
Il était pourtant doué !
Plus que moi ou que notre équipière, Reiri, d’ailleurs.

Elle, c’était une fille sympa mais sans grande personnalité.
Elle imitait tout ce que je faisais et je ne savais pas trop si je trouvais ça, drôle ou horripilant…
C’était plutôt bon pour mon orgueil mais bon…
L’avantage c’est qu’elle était d’accord avec tout ce que je faisais…
Néanmoins elle m’enviait et c’était plutôt déplaisant…

Il faut dire que j’étais la favorite de notre senseï… et que Takeru avait visiblement des vue sur moi, ce qui me faisait rire d’ailleurs.
Nous n’avions pas le temps pour l’amour et, en outre, je n’y croyais pas vraiment en sachant ce qui était arrivé à ma famille…
Pour moi c’était juste un prétexte qu’avaient trouvé des gens aux intérêts communs pour s’unir…
En vérité, j’étais plutôt désabusée… on peut le dire…

J’étais heureuse ainsi…
Je ne voyais jamais mon père, je choyais mon petit frère, j’étais libre comme l’air et entouré de personne que j’appréciais beaucoup…
De plus, j’étais une kunoichi à part entière désormais ! Et ça, ça me plaisait vraiment !

Treize ans, je passais Chûnin.
Une nouvelle fierté !
En plus Sanshi, âgée de quatre ans à présent, faisait de bonne grosse nuit !
Et il était tellement marrant !
Il faisait l’andouille pour me faire rire, et ce depuis qu’il était bébé…
C’était un petit bout de chou trop adorable !

J’avais une vraie famille !
Un père représenté par Satoshi, un frère trouvé en la personne de Takeru, une sœur agaçante mais une sœur toute de même en Reiri et un frère de sang…
Que demander de plus ?!

Notre grade étant plus élevée, les missions devenaient plus intéressantes… excitantes même…
J’étais toujours très contente, c’était palpitant, même si j’étais toujours chagriné en quittant notre demeure et en disant au revoir au petit pour un temps indéterminé…
Mais bien entendu, j’étais toujours persuadée d le revoir !
Nous étions forts et notre senseï veillait sur nous !

Et le retour de mission, ça s’était le meilleur !
Notre équipe revenait le cœur en fête et on dîner tous ensemble en se racontant encore et encore comme un tel avait réalisé un exploit x ou y, enfin ce que nous considérions comme exploit…

Peu à peu l’équipe fut malheureusement disloqué, nous faisions nos missions chacun de notre côté en vérité.
On nous jugé formés, plus besoin d’un senseï dans notre équipe tout ses bêtises…
Heureusement ce n’était pas suffisant pour nous éloigner, nous étions bien trop soudés…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myako Anata

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: ~ Myako Anata ~   Lun 25 Fév - 1:57

A seize ans, j’eu l’émotion d’envoyer Sanshi à l’académie…
Il avait grandi si vite !
Lui en revanche, loin d’avoir ma ferté, il avait néanmoins mon appréhension et je pense qu’au fond il a été douloureux pour lui de voir tous ses enfants accompagné de leur parents…
Notre tante avait quitté la maison, nous n’étions plus que tout les deux… trois une fois tous les trente quatre du mois quoi…
La même année on m’envoya en mission d’infiltration, qui fut un grand succès… tellement que j’en fis ma spécialité…
Je trouvais ça grisant… et le danger me faisait frémir…

Mon demi-frère en revanche se plaignait de mes absence répétées et m’accusa d’être « comme papa »…
Le reproche m’atteint énormément… mais il fallait bien que je nous fasse vivre…
J’acceptais les missions qu’on me confiait voilà tout…

La vie continua donc ainsi tandis que j’essayais d’être là au maximum pour l’enfant… qui, je le sentais à regret, s’éloignait de moi, se rapprochant des garçons de son âge probablement…
Bof, je supposais que c’était bon pour lui et je relativisais…
Je devais bien le laissais vivre… mais… pas trop quand même, attention !
Je veillais !

Une vrai maman poule, plaisantais Takeru-kun…
Quel baka… même si en un sens il ne mentait pas…
Je devais juste prendre garde à ne pas l’étouffer… même si c’était inévitable à un degré moindre…
Il était tout ce que j’avais… mon trésor le plus précieux…
Et il m’apportait un souffle de fraîcheur, un espoir et un désir de me battre sans pareil…
Il méritait bien tous mes efforts pour lui offrir une vie convenable…
Et mon père n’allait certainement pas y contribuer puisqu’il ne prenait même plus la peine de survenir à nos besoins, prétendant que j’étais suffisamment grande maintenant…

Lui il était là avec ses grands yeux plein d’insouciante à me raconter qu’il deviendrait Hokage, le meilleur de tous… et que notre père serait bien forcé de reconnaître notre valeur…
Il affirmait que je serais fière de lui et m’écoutais à peine quand je lui disais que je l’étais déjà…
Tous ses rêves, que je n’avais plus… je m’en abreuvais étrangement…

A dix sept ans je fus promu Juunin !
Je n’avais décidemment pas vu le temps passer…
Je me souvenais encore du temps ou je n’osais même pas rêver à ce noble titre…
Aujourd’hui, ça ne changeait pas grand-chose en fin de compte…

Cependant, mon équipe insista pour organiser une petite fête…
Satoshi me prit même dans ses bras en me soufflant qu’il était fière de moi… j’en fus émus aux larmes…
Takeru, lui me réservait une toute autre surprise… Une déclaration d’amour !
Non mais vous le croyez !
Je pris cela à la rigolade, mettant cela sur le compte du saké… et il en fut horriblement blessé… et déçu…
Je lui disais qu’il était mon meilleur ami et que ça s’arrêtait là… qu’il oublierait jusqu’à cette conversation demain matin…
Je le croyais… et… je me trompais…

D’ailleurs, nous continuâmes à entretenir des relations toutes amicales pendant une nouvelle année… durant laquelle il ne se passa pas grand-chose hormis que je refusais de prendre en charge une équipe de Genin n’étant pas encore satisfaite de mon niveau, ne m’estimant pas prête…
Ah et Satoshi m’apprit également les base des techniques médicinales !
Cela nous rapprocha un peu plus…

Dans le village de la feuille on parlait sur moi et j’appris que j’étais même devenu un exemple !
Ce grade à mon âge, ce n’était pas courant, ce n’était pas rien ! C’est ce que j’entendais…
Mais… je n’en retirais pas vraiment de fierté, j’avais travaillé, par choix le plus souvent, par nécessité quelque fois… et… j’en étais arrivé là…
J’étais puissante, je le savais mais pas de quoi s’extasier devant moi, quoi !
Bon je vous rassure, personne n’en étais là !

Pendant ce temps, nous apprîmes que Reiri était enceinte et souhaitait en finir avec la voie de ninja, qui d’après elle ne lui convenait pas…
Elle quitta Konoha avec un certain Kamiyo, et nous en fûmes attristés mais nous nous promîmes de nous revoir aussi souvent que possible…
Au moins, elle avait l’air heureuse…

Puis, une seconde fois, peu après ce départ, mon ami me fit sa déclaration…
J’en fus stupéfaite…
En vérité je ne l’avais jamais vraiment vu que comme un frère…
Tellement surprise qu’aucun mot ne sortie de ma bouche et il partit, me disant que ça ne pressait pas que j’avais le temps d’y réfléchir…
Satoshi m’encouragea vivement à accepter…

Il disait… Il disait qu’il saurait me rendre heureuse, qu’il m’aimait plus que tout au monde…
Qu’il me protégerait… qu’il ne serait jamais comme mon père…
Que c’était un type bien et que je méritais quelqu’un comme lui…
Qu’une occasion comme celle-ci ne se présentait pas tous les jours…

Alors après l’avoir évité pendant plus de deux mois… je me laissais convaincre…
L’amour viendrait avec le temps… c’est ce qu’on m’avait dis… et ce serait bien pour Sanshi, il aimait bien Takeru et cela lui permettrait d’avoir un père en quelque sorte…
Ça assurerait une certaine sureté et une stabilité familiale pour l’enfant…
On en revenait toujours à lui finalement…

Nous nous installâmes donc tous les trois…
Et…la vie était vraiment belle comme ça… même si nos activités respectives nous empêchaient de nous voir autant qu’on l’aurait souhaité…
J’exerçais beaucoup, effectuant de moins en moins de mission d’infiltrations, préférant les éviter pour mettre en avant ma famille…
Bien sûr, je restais sur mes gardes, rien n’était acquis et bien sûr aussi je restais méfiante comme je l’étais depuis bien longtemps vis-à-vis des hommes.
Lui, il menait sa petite et charmante équipe en mission et pour finir l’adolescent préparait son examen de passage…
Petit bonhomme deviendra grand…

Grandir oui, je ne pouvais pas m’y opposer de toute façon mais… en revanche… je pouvais le surveiller…
Une nouvelle fois on me proposa la gestion d’une équipe de débutant et, cette fois, encouragée pas mon fiancée, j’acceptais…

Tout ce passait pour le mieux, j’étais heureuse…
Non, c’est faux… Je me sentais incroyablement vide et seule…
J’étais entourée pourtant mais… il manquait quelque chose d’indispensable à ma vie et j’avais l’impression que cette dernière reposait exclusivement sur un mensonge dont j’essayais de me persuader : j’aimais Takeru !

Quoi qu’il en soit, malgré mes état d’âme et mon trouble croissant, Sanshi fut promu Genin !
J’étais très enthousiaste ! Bientôt il allait entamer une nouvelle vie, empruntant la voie que j’avais suivie avant lui…

Dans le même temps, le lendemain de ce jour marquant, je fus présentée à mon équipe.
Equipe composée d’une dénommée Sakuya, d’un Shinji Tohsaka, son nom ayant retenu mon attention puisque je l’avais déjà entendu associé au prénom d’Asuka, un jeune Juunin prometteuse, et… d’un…d’un certain Sanshi…
Tous les quatre nous formions désormais la team 5…

En rentrant d’ailleurs j’eu à essuyer une multitude de reproches puis après un silence réprobateur…
Il boudait et … ça m’amusait…
Alors je prétextais n’avoir pas eu mon mot à dire, on m’imposait des élèves, c’était un tirage au sort… mensonge…
Enfin pas totalement mais il n’était pas faux de dire que j’avais fais pencher la balance pour rester auprès de mon demi-frère… mais il n’était pas censé le savoir ça…

J’eu ensuite tout le loisir d’apprendre à connaître et a apprécier mes élèves.
J’étais un peu anxieuse à rai dire…
Est-ce que je saurais les protéger et leur enseigner les règles et les principes de bases, saurais-je leur inculquer la mentalité ninja ? …
Tout un défit…

Il y avait l’insolite Sakuya… Pas très douée et plus préoccupé par sa toilette que par les missions, plus concerné par son physique et les garçons que par les combats…
Elle semblait avoir un faible… quel euphémisme, pour Shinji qu’elle poursuivait de ses assiduités, le malheureux…
Moralement, elle était plutôt puérile mais attachante à mon avis…

Puis Sanshi, identique à lui même… Inutile de s’étendre sur son cas…
Je n’étais pas très objective car j’avoue être exigeante à son égard, plus qu’avec les autres sans doute…

Et enfin, Shinji… un gamin sympa et plutôt bon et apparemment le meilleur ami de mon frère.
J’appris par la suite que leur enfance était plutôt similaire…
Et puis ses regards plein d’admiration me faisait sourire…
Il fallait dire que sa discrétion en matière de sentiment laissait à désirer…
L’ado attiré par son professeur classique…
Et puis je trouvais ça mignon… C’était tellement anodin à mes yeux…

Nous fonctionnions bien. Une équipe équilibrée en soit…
Et nos missions étaient contraignantes, difficiles parfois, pour eux surtout, moi la grande complexité résidait en leur protection et à la rectification de leur erreurs novices…
Mais j’avais un peu l’impression de retrouver l’époque où Satoshi, Takeru, Reiri et moi…

En parlant de Reiri, je la voyais de temps en temps mais la distance ternissait les liens… et son statut de mère de famille débordée ne lui laissait guère de temps pour ses anciens compagnons d’armes.
Satoshi et moi nous voyions régulièrement, discutant pendant des heurs, du passé, du présent et de l’avenir…
Il ne changeait pas…
C’était… mon père…
Le roc solide sur lequel je m’appuyer, un peu comme un vieux meuble toujours là… toujours prêt…

Donc tout allait bien, je me familiarisais avec mon équipe et avec ma vie de couple…
A vrai dire je le fuyais quelque peu… Takeru je veux dire, passant le plus de temps possible auprès de mes Genin favoris que je considérais un peu comme mes petits protégés…
Je n’aurais jamais toléré qu’il leur arrive quoi que ce soit et j’avais toujours tout fait pour les empêcher de subir ne serait-ce qu’une seule égratignure…

Mais alors que la routine s’installait et que je me faisais à cette vie, commençant à songer que j’aurais pu continuer ainsi indéfiniment… alors que trois ans s’était écoulés depuis que j’avais été placé à la tête de l’équipe cinq… ma vie bascula…

Nous n’avions plus de missions depuis un moment car les trois adolescents préparaient l’examen destiné à les faire passer Chuunin…
Je continuais à penser qu’ils étaient encore trop jeunes mais c’était certainement, au fond, dicté par ma peur de les perdre…
Je devrais bien m’y faire, ce n’était plus des enfants… plus totalement du moins…
Enfin pour certain, car Sanshi lui n’avait pas évolué d’une pouce… depuis c’est sept ans d’ailleurs j’avais l’impression qu’il n’avait ni mûri ni grandi…
J’étais sa sœur… cela doit en être l’explication…

Bref, le drame survint à ce moment là…
Je passais tout mon temps libre avec mon fiancée et… il me demanda de l’épouser…
Evidemment, je répondis par l’affirmative…
Qu’est-ce qui aurais pu me pousser au contraire ?
C’était un homme tellement bon… et je crois que j’avais finis par l’aimer… sincèrement…

Ce jour maudit, j’étais sorti, m’assurer des progrès de Shinji et Sakuya et à mon retour… je compris que jamais plus rien ne serait comme avant…
Un étrange et douloureux pressentiment m’envahit aussi me pressais je sur le chemin du retour… toutefois, ce ne fut pas assez…
Je suis arrivée trop tard….

Il était là allongé sur le sol, sans vie… Je m’étais précipitais vers lui, hurlant mon horreur et ma stupeur…
Il saignait…
Il… était déjà mort…
J’eu beau tenter de le réanimer… il n’y avait plus rien à faire…

Eplorée, je m’effondrai sur le corps… quand un bruit retentit…
Je m’étais redressée… effrayée et j’avais vu une ombre s’enfuir…
Terrifiée mais animée par une rage intense, je l’avais poursuivis jusqu’à l’extérieur et sur plusieurs kilomètres, les larmes brouillant ma vision et me ralentissant…
Je l’avais toutefois rattrapé…
Constatant, incrédule qu’il s’agissait de mon senseï… Satoshi ?
Ce n’était… pas possible !
Qu’est-ce que ça voulait dire !
Je restais là, le fixant sans comprendre…

Il avait prononcé mon nom, me forçant à relever la tête pour rencontrer deux yeux cinglants et sans pitié…
Un regard que je ne lui connaissais pas et qui me paralysa aussitôt…
C’était comme s’il… venait de m’avouer clairement : je suis coupable, j’ai assassiné celui qui venait de te demander ta main…

Pourquoi ? …Ce fut la seule chose qui put franchir mes lèvres…
Sa réponse :
« -Tu ne comprendrais pas… Rentre chez toi… tout ça ne te concerne pas… »
Cette phrase m’avait fait entrer dans une colère noire et je m’étais précipité sur lui…
Il avait ris…
« Quoi tu veux te battre, Mya-chan ? … Juunin ou pas tu reste cette pauvre petite Mya-chan, face à moi tu le sais bien... »
Et je m’étais immobilisée, soudain terrifiée…
Il ne se trompait pas… je ne faisais pas le poids, je…
D’un seul coup tous mes doutes d’antan reprenaient le dessus lui permettant de s’enfuir…

Je restai là, tombée à genoux, sanglotant sans discontinuer…
Combien de temps… je ne sais pas… mais je trouvai la force de retourner auprès de lui…
Puis tout ce passa dans un flou total…
Moi dans le bureau de l’Hokage…
Tsunade m’interrogeant… moi répétant docilement les événements…
Elle qui veut me donner un congé, moi qui refuse…
Elle qui s’apprête à ébruité l’affaire et moi qui paraît enfin sorti de ma transe pour l’en empêcher avec véhémence…

Il ne devait pas savoir…
Il était… si fragile…
Il avait perdu sa mère, et son père en quelque sorte… lui retirer si brutalement celui qui faisait office de remplaçant c’était… tout simplement trop cruel…
Mon petit, mon tout petit frère… Je devais le protéger une nouvelle fois de tout ça…
Bien sûr, il saurait… mais… pas tout de suite, pas maintenant… maintenant c’était… trop tôt…
Je voulais qu’il soit heureux comme il l’était… je ne voulais plus sécher ses larmes…
Je voulais… Je voulais… tuer celui qui en serait inéluctablement à l’origine !

Il m’avait pris un mari, il lui avait pris un père !
Il devrait payer pour ça !
Il devrait… mourir… et souffrir comme cette tragédie allait nous faire souffrir !
Takeru n’avait pas méritait ça…
Il était si doux…
Et l’adolescent non plus ne méritait pas ça…
Oh ! Comme je le détestais !
C’était dans ton mon corps, dans tout mon cœur… la haine…

Mais pour l’instant… continuer à vivre… sans nos projets… pour Sanshi…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myako Anata

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: ~ Myako Anata ~   Lun 25 Fév - 2:00

Nindô : … Venger un homme en en tuant un autre…


Affinité : Katon


Village : Konoha


Equipement : Quelques Kunaï et Shuriken, des Senbons, des parchemins servant à invoquer certaines armes, et surtout deux petites épées tranchantes qu’elle manie avec une efficacité redoutable…




Techniques :

Et il nécessaire de préciser qu’elle maîtrise toute les techniques de base tel que la permutation, marcher sur l’eau ou les arbres, la rupture de genjutsu, le clonage, la métamorphose, le déplacement instantané ou encore les méthodes pour se fondre habilement dans l’environnement… auxquelles s’ajoute bien sûr des technique obligatoirement acquises au cours de sa formation de Juunin :

- Jouhatsu no Jutsu (Technique de la disparition)
Le ninja, après un temps de préparation de cinq secondes, se téléporte sur une très longue distance, cette technique n’est donc pas possible en combat, est sert pour des voyages…

- Meisei Gakure no Jutsu (Technique de dissimulation)
Le ninja utilise le chakra malaxé afin de laisser les rayons du soleil traverser son corps et le faire fondre dans le décors en restant quasiment immobile. Le jutsu s'annule quand l'utilisateur se déplace.

- Utsusemi no Jutsu (Technique de projection)
Grâce à ce jutsu, le ninja peut, tout en restant muet, faire entendre sa voix là où il veut, voir à plusieurs endroits en même temps.


Genjutsu (maîtrise plus difficile, donc une utilisation très réduite) :

- Kokohi no jutsu (Fausse place)
Cette technique permet de superposer à la réalité une illusion fixe. L'illusion permet d'abuser la vue. Peut être annulé par un kai.

- Kori Shinchuu no Jutsu (Technique de suppression de volonté)
Cette technique crée des illusions qui font tourner en rond la cible pendant plusieurs heures. Elle lui provoque des hallucinations. Après avoir subit cette technique, la cible a perdue toute volonté de se battre ou de continuer et est découragée. Déstabilise l'adversaire. Très utile en mission. Néanmoins, les ninjas de niveau supérieur arrivent à la détecter très facilement.

- Kanashibari no jutsu (Technique d'immobilisation)
En regardant l'utilisateur dans les yeux, l'ennemi subit une immobilisation instantanée, paralysé par la terreur. Pendant ce temps, l'utilisateur peut réfléchir à un plan d'action.

- Shikai zen Bon'nou no Jutsu (Vision de tous les désirs/de toutes les passions)
Cette technique permet de montrer à l’utilisateur absolument tout ce qu’il souhaite pendant un laps de temps néanmoins très court. Cela permet d’engendrer la convoitise et d’ôter ainsi les facultés de raisonnement de l’ennemi et ses réticences… [inventée]


Technique avec affinité

- Katon, Housenka no jutsu (Techniques des pétales de feu)
Le ninja fait les signes nécessaires puis émet une série de petites boules du feu. Il peut également enflammer des projectiles pour accumuler les dégâts.

- Katon, Ryuuka no jutsu (Technique du Dragon de feu)
Le ninja concentre son chakra très fortement puis crache des flammes qui se transforment en un dragon qui fonce sur l'ennemi et le frappe de son souffle infernal.

- Katon, Shinkyuu Goukakyuu no Jutsu (Technique suprême de la boule de feu)
Amélioration du Goukakyuu no jutsu, la boule de feu provoque une grande explosion.

- Katon, Dai Endan (Technique de la grande fournaise)
Cette technique est comme le Katon, Karyuu Endan (Le ninja concentre une quantité phénoménale de chakra dans ses poumons et la recrache d’un seul coup et y changeant son chakra en flamme, ce qui crée un énorme jet de feu.) mais en moins puissant, l'avantage de cette technique est qu'elle utilise très peu de chakra.


Techniques médicinales

Suivant les doctrines de l’Hokage, elle en maîtrise quelques techniques, qu’elle a appris après un entraînement pénible et rigoureux auprès de son ancien senseï, pensant à leur nécessité pour assurer la protection de ses élèves.

- Chiyute no Jutsu (Technique de la paume mystique)
Le ninja se sert d'un chakra médicinal pour soigner les blessures primaires.
Il s’agit d’une technique plutôt basique en la matière.

- Shikon no Jutsu (Technique de la manipulation des cadavres)
Le ninja peut refaire battre le cœur d'un cadavre et donc ainsi le manipuler. Pendant la manipulation, le ninja ne peut pas bouger. La technique dure le temps que le ninja reste immobile et donc, vulnérable. (Très utile en cas d’urgence)

- Kaiseki Ken'shin no Jutsu (Techniques de l'Analyse médicale)
Technique qui permet d'analyser le corps d'une personne pour connaitre ses blessures et d'autres choses.


Autres :

- Shoushagan no Jutsu (Technique de copie du visage)
Technique permettant de prendre le visage d'un autre en lui arrachant, nécessite de l'avoir tuer ! (Utilisation extrêmement parcimonieuse)

- Shikai Tooku no Jutsu (Technique de la vision à distance)
Cette technique consomme une grande quantité de chakra mais est particulièrement utile dans les missions d’infiltration. Elle consiste à l’extension de son champ visuel…
Une projection astrale de son regard où elle le souhaite en quelque sorte…
Indétectable, ce Jutsu a cependant pour inconvénient d’affaiblir le ninja et de troubler sa vision quelque minutes après la fin de cette technique. [inventée]


Mais le domaine en lequel elle excelle le plus est sans conteste le Taijutsu.
Il faut préciser que sa spécialisation de base réside en l’infiltration et l’espionnage… et parfois même en l’assassinat pur et dur.
Il en faut bien pour faire le sale boulot, pas vrai ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Myako Anata

avatar

Nombre de messages : 7
Date d'inscription : 24/02/2008

MessageSujet: Re: ~ Myako Anata ~   Lun 25 Fév - 11:46

PNJ :

Takeru Kirei



Takeru… celui qui était censé l’épouser avant qu’un monstre ne le tue sauvagement…
C’était un homme doux, intelligent qui avait un grand sens des responsabilités…
Il symbolisait un peu l’homme parfait : volontaire, travailleur, courageux, ninja excellent… tendre…
Il n’était pas particulièrement drôle, son enfance douloureuse étant sans doute à l’origine de son trop grand sérieux…
C’était un jeune homme qui aimait profondément Myako et qui aurait fait n’importe quoi pour elle, celle-ci éprouvant pour lui une tendresse infinie.
De plus, il est le père du bébé qu’elle porte, sans le savoir pour l’instant, et décédera avant même de l’apprendre…



Satoshi Yameta



… ou Satoshi-senseï… Il fut à une époque le professeur dévoué, amical et protecteur de Myako qui avait beaucoup d’estime et d’affection pour lui. Elle l’aimait comme un père et aurait fait n’importe quoi pour lui… convaincue de la réciprocité de ses sentiments.
Elle le regardait toujours avec de grands yeux pleins d’admiration, de tendresse et d’e respect mêlé.
Il lui a plus d’une fois sauver la vie… lui a appris une multitude de techniques, l’a encouragé à aller aux bouts de ses limites et l’a rendue forte…
Il avait foi en elle et cela lui a permit de prendre confiance en ses capacités…
Il fut toujours présent pour elle, dans tous les moments importants de sa vie…
Puis… elle réalisa qu’il n’était qu’un assassin… Un assassin qui lui avait pris la vie de son futur mari… sans lui donner d’explications…
Dès lors, elle se mit en tête de le traquer, de le trouver, de l’interroger puis de le tuer…



Sanshi Anata



Il est le petit frère de Myako, ou plus exactement son demi-frère. Agé de quinze ans, le grand drame de sa vie c’est de s’être retrouvé dans une équipe dirigée par sa sœur.
Quasiment élevée par celle-ci, il en est très proche et se voudrait étrangement protecteur.
Quoi qu’il se prétende désireux d’indépendance et de la voir lui « lâcher les baskets » pour reprendre son expression.
Très gentil, généreux et dévoué c’est néanmoins un râleur né.
En outre, il manque de confiance en lui et la mort de son modèle masculin, Takeru l’a beaucoup affligé.
De nature jovial, c’est cependant un petit blagueur qui a toujours le mot pour rire et un sourire chaleureux et communicatif aux lèvres.
Il sait toutefois rester sérieux en combat et est bourré de bons principes.
Niveau talents de shinobi, il se débrouille plutôt bien même si ses hésitations et ses émotions souvent démesurés nuisent beaucoup à son efficacité.
Il a le béguin pour son équipière, qu’il adore taquiner, admire énormément son aîné quoi qu’il désapprouve certains de ses actes et est très complice avec Shinji, qu’il considère comme son meilleur ami.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: ~ Myako Anata ~   

Revenir en haut Aller en bas
 
~ Myako Anata ~
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Anata o Mamoritakute - Masara Minase
» Exile - Anata e
» [J-Movie] Tenkousei, Sayonara Anata
» [Figurine] Denpa Onna to Seishun Otoko
» Le dernier manga que vous avez vu/lu

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
World Of Shinobis :: Accueil :: Accueil :: Fiche Personnage-
Sauter vers: